Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2011

Fêtes à l'ICOD et ailleurs

 

Avant les grandes Poujas, deux autres jours de congés pour célébrer deux puissances célestes très populaires : Vishwakarma, déité très apprécié signifiant « l’Universel qui sait tout, l’Omniscient », désignant depuis les Védas la personnification de la puissance créatrice. En cet avatar, il est le charpentier des dieux, leur joailler, celui qui construit toutes les cités, qui façonne les charriots célestes, le Seigneur de la science, de la mécanique, des arts, des artistes et des artisans comme aussi de l’architecture. Pour les hindous fondamentalistes, il est en plus celui qui a construit la ville de Lanka pour les démons et le pont entre l’Inde et Sri-Lanka (ce fameux pont qu’ils exigent que le gouvernement reconstruise au lieu de faire une réserve naturelle des iles corallifères !) En son honneur, chacun doit apporter son outil de travail pour le faire bénir. Les écoliers amènent leurs cahiers, livres et stylos. Une grande statue a été érigée à ICOD durant trois jours.

 

 

Fete à l'ICOD.jpg

 

Fête des frères et soeurs_1.jpg

 

Le même jour a lieu en différents villages la vénération d’Oshtonag, la déesse à huit têtes de serpent. Elle a face humaine mais avec une queue de cobra et une coiffe de huit najas. L’honorer, est se défendre des piqures de serpents, de scorpions et autres insectes malveillants. Inutile de dire que son culte est très en vogue partout. Il aide à apprendre à protéger les serpents et a se les rendre favorables plutôt que les tuer ! Invité à inaugurer le spectacle, j’ai parlé de la paix dans l’amour et sous le regard du Dieu. Et ai reçu les seuls applaudissements de la soirée. Rare en ces occasions de fêtes, où les buveurs font la loi. Justement hier, donc la veille de cette coutume, une fille entrant dans la véranda voit un énorme serpent se dresser contre la porte vitrée de ma chambre. Elle s’est enfuie en hurlant qu’un cobra géant allait m’attaquer. Un travailleur vint le chasser. Ce n’était que mon ami le serpent-ratier mâle de plus de deux mètres qui loge au-dessus de nos têtes. Je le vis un peu plus tard dans le jardin. Il est de vraiment belle taille, mais est inoffensif, sauf si il se fâche, Avec ses anneaux puissants, il peut fracturer le bras d’un enfant. Il entre parfois dans ma pièce mais y reste très discret si j’y suis. Heureusement, le nombre de mangoustes (petits animaux carnivores et prédateurs ressemblant vaguement à une fouine) se sont multipliés, et je sais trois endroits où pouvoir les rencontrer gambadant en couple. Les grandes mangoustes (taille de blaireau) sont moins fréquentent mais nichent par ici aussi. Grâce à ces animaux, le nombre des reptiles venimeux est tombé de façon absolument surprenante. Plus guère à craindre une piqure de cobra, de bongare ou de vipère. Mais on reste prudent durant la mousson, si active cette année qu’il pleut tous les jours ou presque. Ce qui fait danser de joie les nombreuses sangsues.

Pêche miraculeuse de 5 à 7 kilos.jpg


Nos deux étangs ont souvent débordés et nous devons en protéger les poissons avec des filets. On en a profité pour faire une pêche miraculeuse. Les photos témoignent de leur bonne santé. Et de leur bon poids. Nous n’en n’avons prélevés que quarante kilos pour nos quelques deux cents bouches pour la ‘Fête de la popote’ (Ranna Pouja) 200 grammes par personne pour deux repas est un luxe rare !

Pêche miraculeuse.jpg


 

Mais depuis 10 jours, les pluies torrentielles ont inondé plusieurs Etats (Bihâr, Orissa, Uttar Pradesh) et affectés plus de deux millions de personnes à ce jour, avec une centaine de morts pour l’instant et des centaines de milliers de sinistrés. Notre Damodar monte dangereusement à nouveau chaque semaine…

 

Les commentaires sont fermés.