Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2017

L’épopée des Rohingyas.

Nous extrayons de la dernière chronique de Gaston un passage relatif au drame que vivent actuellement les Rohingyas ; il permettra de mieux comprendre ce qui se passe et peut-être de mieux attribuer les responsabilités.


On parle beaucoup du « nettoyage ethnique » des Rohingyas, et des 425.000 réfugies attendant à la frontière du Bangladesh qu’un camp de fortune leur soit affecté, alors que ce pays surpeuplé et pauvre en nourrit déjà quelques 200.000 depuis 2013. Et il ne me semble pas que les médias possèdent les informations nécessaires pour comprendre vraiment le problème de ces infortunés habitants de l’Etat du Rakhine au Myanmar. Lorsque j’avais écrit dans « les racines des palétuviers » dans les années 90, j’avais décris me semble-t-il une des causes de la misère de leur existence. J’y reviendrais un peu plus bas. Il semble que ce soit autour du XII e siècle que les marins musulmans vinrent s’installer sur la côte ouest de ce qui était le royaume de Burma (Birmanie). Ils en vinrent avec les siècles à parler un dialecte distinct de leur entourage bouddhiste, le ‘Ruaingga’. Au XVI è siècle, les portugais alors installés à Chittagong, puis à Bandel pas loin de Kolkata (pas encore fondée) contribuèrent alors à leur manière brutale de traiter (maltraiter !) les peuples qu’ils conquéraient. Ils se liguèrent avec certains de leurs navires pirates pour vendre les esclaves musulmans ou hindouistes qu’ils faisaient en ‘nettoyant’ les villages autour de leurs comptoirs pour donner à leurs canons la portée nécessaire pour se défendre en cas d’attaque. C’est ainsi par exemple que Bandel, qui est actuellement la plus vieille église du Bengale, est entré en conflit avec l’empire Moghol, ayant mis en esclavages hommes, femmes et enfants et les ayant vendus aux pirates Arakans qui écumaient les Sundarbans et qui les écoulaient au Rakhine. On comprend mieux pourquoi les populations autochtones les ont depuis ce temps là et jusqu’à aujourd’hui appelés « Bengalis », les considérant comme de purs étrangers.
Durant les 120 ans de règne de l’Empire anglais, autour de 1824, les conquérants imposèrent d’importants déplacements de populations de ce qui est aujourd‘hui le Bengale et Bangladesh, employées alors comme « Bonded labourers ». Pour remplacer l’esclavage devenu illégal, ces travailleurs signaient un engagement ‘temporaire’…qui au fil des années devenaient un endettement permanent qui les empêchaient de retourner au pays. Une autre forme d’esclavage qui par exemple est à l’origine aux « Indes occidentales » des indiens de l’Inde prenant la place dans les plantations de cannes à sucre des amérindiens caraïbes exterminés. Ainsi se sont formés cette population de créoles ou métis peuplant tout ce chapelet d’îles jusqu’en Guadeloupe, de même qu’en Réunion ou aux Seychelles et jusqu’au Rakhine Comme les nouveaux venus étaient nombreux, les populations bouddhistes refusèrent de les reconnaître comme d’anciens autochtones établis depuis plus de cinq siècles et refusèrent de les appeler « Rohingias » comme par le passé. Après l’indépendance en 1948, ils ne purent pas se faire enregistrer parmi les 135 populations ethniques du pays. Et en 1962, lors du Coup d’état militaire, tous les citoyens du pays reçurent leur carte d’enregistrement…sauf les « Bengalis » qui n’obtinrent qu’une carte d’étrangers, limitant à jamais leur éducation, travail, droits à un mariage régulier et droits divers. En 1982, une nouvelle loi militaire les rendit “apatrides”. Et on leur demande maintenant de fournir les preuves qu’ils sont là depuis avant l’Indépendance, ce qui est évidemment impossible. Seulement quelques milliers d’entre eux, parmi leur population d’un million deux cents mille possèdent une carte d’identité valide. Depuis 1970 plusieurs pogroms locaux avec viols, tortures, villages brûlés et interventions de l’armée les obligèrent de fuir en Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Bangladesh et Inde (ou ils sont 40.000) où ils sont plutôt partout regardés avec suspicion sinon franchement de façon hostile, encore qu’ici par exemple, aucun n’ait jamais eu affaire avec les terroristes pakistanais malgré les assertions de notre premier ministre dont les sentiments anti-islamiques sont bien connus. Un génocide a lieu sous nos yeux, et vous en avez certainement plus de détails que moi dans mon pauvre journal quotidien. Mais je tenais à expliquer plus clairement ce que les médias hésitent à clarifier, à savoir que ces apatrides éternels le sont en partie et une fois de plus à cause du passé colonial dont nous n’avons pas fini d’avoir honte. Mais la honte ne rétablit pas la justice, pas plus que notre pitié. J’espère de tout coeur que l’Inde continuera à envoyer des tonnes de nourriture, tentes, médicaments et autres matériaux au Bangladesh, acceptera de prendre au moins les Rohingias hindouistes réfugiés qui ont peur de rester en pays musulman (on les comprend), refusera de refouler les 40.000 installés ici (la Cour Suprême l’exigera) et que notre gouvernement fera enfin pression sérieuse sur Aung San Suu Kyi pour mettre ses militaires au pas et faire comprendre aux bouddhistes du pays, comme vient de le leur rappeler le Dalaї Lama, de suivre l’exemple de la compassion du Bouddha. Mais compassion bouddhiste, amour chrétien, mysticisme hindouiste, union au Dieu universel soufi, tout cela n’est que langage de religion, et tant que ces dernières mettront leurs rites et leurs droit canons avant la Spiritualité des Fondateurs de toutes les croyances, le monde continuera d’utiliser l’adage romain que nous avons si scrupuleusement suivis depuis 2000 ans : « Si vis pacem, para bellam », soit à parler de paix tout en préparant la guerre …Le reste, tout le reste, est affaire de conscience personnelle face à cette invasion de misère criante ! 70

Écrire un commentaire