Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2020

Disparition de deux figures en Inde

Voici, dressés par Gaston, les portraits de deux travailleurs sociaux qui nous ont quitté : Gîta Venkadakrishna, secrétaire de l’ONG « Hope-Espoir » de Kolkata et Shoukoumar Shaw, beau-père du Directeur de ASHA BHAVAN CENTRE et fondateur de l’une des plus importantes ONG du Bengale Occidental « Evergreen-Toujours-verte ».

«La tragédie a fauché plusieurs des plus grands travailleurs sociaux du Bengale, telle Gîta Venkadakrishna, secrétaire de l’ONG « Hope-Espoir » de Kolkata, qui soutenait plusieurs milliers de filles des rues, les logeait dans une dizaine de splendides buildings (que j’ai visités), les suivait jusqu’à l’université, et qui nourrissait je ne sais combien d’enfants dénutris. D’un dynamisme sans pareil, d’une capacité de travail peu commune, d’une culture supérieure, elle faisait feu des quatre fers quand elle avait des cas difficiles à placer. Alors on la voyait à ICOD avec son équipe hautement professionnelle de jeunes femmes, nous supplier de prendre des gars ou filles que personne ne voulait. C’est ainsi que nous avons acceptés 16 jeunes des rues, certains pratiquement fous, d’autres déments profonds, quelques-uns complètement paumés et antisociaux en diable, et assez dangereux. Elle disait qu’elle nous admirait. Nous étions au bas de l’échelle des travailleurs sociaux, simples hommes ou femmes « Shevok ou Shevika - serviteurs des pauvres ». Mais Gîta, respectait ma séniorité, enviait notre indépendance, et rabrouait ses troupes pour nous soutenir. Quand elle nous invitait avec nos 20 ou 40 jeunes à Kolkata, c’était pour assister à une extraordinaire célébration ou 3500 enfants étaient présents. C’était chaque année un évènement captivant, et nous lui sommes reconnaissants de ce qu’elle a réussi à faire et créer pour enthousiasmer les jeunes !

 

2020-12-02_11-16-01.jpgUn autre ‘serviteur des pauvres’ fut mon ami Shoukoumar Shaw qui est mort la semaine dernière du COVID. Il y a plus de 35 ans, il m’avait appelé sur sa presqu’ile, ou il hébergeait une trentaine d’orphelins. Il était aidé par le gouvernement, mais l’argent était si irrégulier que parfois, il n’avait rien durant six mois sinon son salaire « Connaissez-vous une ONG qui pourrait m’aider, car en plus je voudrais soutenir des femmes malades mentales. » Comme il s’occupait aussi de vieillards et d’écoliers pauvres, je n’ai pas hésité à inviter mon ami, un Jésuite allemand, pour l’aider. Il lui a construit en plus un beau bâtiment en dur de deux étages, encore en fonction aujourd’hui. A chacun de mes passages, sa jeune fille de quatre ans, puis 10, puis 15, et enfin 24, me passait une guirlande, selon la coutume de bienvenue. Mon filleul Papou lui proposa le mariage, ce qui prit du temps, car elle était hindoue et lui chrétien. Pour son père, aucun problème, mais sa mère n’acceptait guère. Mais elle finit par transiger devant l’amour évident des deux tourtereaux. Puis ABC construisit une de ses grandes écoles dans leur campus avec « priorité pour les handicapés ». Elle tourne toujours magnifiquement. Bref, l’ensemble de l’ONG « Evergreen-Toujours-verte » devint une des plus importantes du sud du Bengale rurale. Et Shoukoumar, un des plus écoutés des techniciens du développement à visage humain, car il était de droit un intellectuel réputé ainsi qu’un employé dans les bureaux du gouvernement de Kolkata. Et c’est cet homme tolérant, plein de compassion, toujours à la recherche des plus démunis, et maintenant en lien profond avec ABC (il était devenu le beau-père de Papou) et indirectement avec moi, car il venait parfois à ICOD avec son équipe. C’est donc une grande perte pour le pays et pour les indigents, et je ne sais comment son ONG tiendra le coup après son départ, car il était réellement fondateur et patron. »

11:17 Publié dans 2.2 - ICOD | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire