Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2013

Des nouvelles de l'ICOD

Comme chaque mois, Gaston nous a adressé une longue chronique consacrée pour l'essentiel à ce qu'il a appelé "Le tsunami Transhimalayen".

La presse française a fait aussi écho de cette catastrophe ; la description de Gaston est terrible, mais montre aussi la dévouement des sauveteurs avec au premier rang l'armée ainsi que l'effort de solidarité de divers états de l'Inde.

Vous pourez lire la description de cette tragédie en cliquant sur le lien ci-après :


LE TSUNAMI TRANSHIMALAYEN


En complément voici quelques brèves nouvelles de l'ICOD. On voit que l'eau peut-être à l'origine de drames affreux mais aussi source de vie.

 

La mousson est excellente et l’étang est déjà plein à ras bord. Il pleut à verse chaque jour.

 

 

Kolkata est sous un mètre d’eau. Presque normal, mais pas en juin ! On s’attend à des inondations, mais en attendant, les paysans chantent de joie en semant leurs semis de riz. 


Soyez généreux, car quelles que soient les solidarités locales, il restera des exclus que nos ONG essaieront de secourir.

08/04/2013

Le mois de mars à l'ICOD

Nous avons reçu la nouvelle chronique de Gaston.

Abordant des sujets très variés qui donnent une bonne idée de la vie à l'ICOD, nous la publions pratiquement dans son intégralité illustrée de photos.

Pour lire cette chronique cliquez sur le lien ci-après.

 Chronique de Gaston Mars 2013

29/03/2013

Soutien scolaire pour les enfants de femmes prostituées

Lors de son voyage à la rencontre de nos amis, Françoise a pu voir le bon déroulement des différents programmes soutenus par l’AVTM et notamment la mise en œuvre du nouveau projet de Gaston du foyer pour orphelins. Quant à ABC, il nous a demandé de soutenir un nouveau programme qu’il juge indispensable : le soutien scolaire pour enfants de femmes prostituées. C’est ce projet qui est décrit ci-dessous, illustré par des photos que vous pouvez retrouver sur notre site internet, en colonne de droite, album photos / visite en Inde : ABC

 Il nous faut bien sûr compter encore une fois sur votre générosité pour pouvoir soutenir ce projet dans la durée, nous vous en remercions par avance.

 

A l’origine de ce projet, une femme qui prend soin de femmes prostituées atteintes du sida dans un quartier proche de Calcutta, alerte Sukeshi sur la situation de leurs enfants rejetés du système scolaire.

 

A notre arrivée dans le quartier des prostituées «Brothel area» d’Amtala, nous sommes accueillis par les enfants qui nous lancent des pétales de fleurs et nous accompagnent à-travers un petit labyrinthe à pied jusqu’à leur école. Nous voilà devant une grande banderole : «Inauguration d’une école sponsorisée par l’Association des Amis des villages du tiers monde». C’est là, dans une petite pièce à laquelle on accède par un escalier extérieur que les enfants viennent le soir quand leurs mères travaillent, entre 18h et 20h ou 20h et 21h30 selon leur âge! 64 enfants entre 4 et 14ans sont aidés par des professeurs pour apprendre leurs leçons et avoir les mêmes chances que les enfants d’autres quartiers de réussir leur scolarité.

 

Puis c’est le moment attendu par tous de l’inauguration officielle. Nous arrivons sur le lieu aménagé par ABC : une grande bâche, une estrade, des chaises, un micro, de la musique...installés à proximité d’un terrain vague couverts de détritus. Cette seule zone libre entre les maisons a été transformée en un coup de baguette magique par l’équipe de Sukeshi et Bappu en scène de spectacle pour l’occasion !

A l’appel de leur nom, les enfants montent sur scène, viennent danser, réciter des poèmes au micro...On sent qu’ils sont  tous très heureux d’apprendre ! C’est très émouvant, ils sont très attentifs et superbes dans leurs costumes et vêtements tout propres, coiffés de la casquette rouge portant le nom du projet de l’AVTM. Puis c’est la distribution des cartables à tous, même aux tout-petits.

L’attroupement grandit, les mères prostituées assistent au spectacle, fières de leurs enfants. Elevant seules leurs enfants, les mères sont très soucieuses de les sortir de la marginalisation.

 

Souhaitons que ce projet permette à tous ces enfants d’avoir un meilleur avenir grâce à l’éducation. Je pense particulièrement aux filles, car dans ces «familles», on est prostituée de mère en fille, on fait le métier de sa mère !

Puisse ce projet leur permettre de sortir de ce cycle infernal en pratiquant un autre métier!